Ville de Les Angles - Parcours culturels  


Parcours culturels

Vous aimez flâner ?

Suivez l'itinéraire court qui vous guide dans les ruelles du haut village. Vous pouvez ensuite descendre le Sentier des Plantes (aller/retour), qui ne présente aucune difficulté.
 

Vous préférez marcher ?

Commencez par suivre la première partie de l'itinéraire court, que vous quittez au niveau de la calade du Panorama. Vous descendrez alors vers la partie basse du village, en passant par le lavoir, jusqu'au Domaine de Pontmartin et le début de l'allée des platanes. Là, faites demi-tour, et remontez la rue Frédéric Mistral, puis le sentier du Panorama. Vous retrouvez alors la suite de l'itinéraire court. Parvenus au bas du Sentier des Plantes, les courageux peuvent revenir par le boulevard du Midi.
 

LE SENTIER DES PEINTRES

Pas de description de l'image

En flânant dans les ruelles, vous suivrez la trace des peintres du XXe siècle qui ont puisé là leur inspiration.

Face à la vieille cité d'Avignon, sur l'autre rive du Rhône, était situé un site calme et enchanteur : la commune des Angles et son village. A la fin du XIXè siècle et au début du XXè siècle, ce lieu fut un endroit de prédilection pour les peintres naturalistes de l'Ecole des Beaux-Arts d'Avignon dont le chef de file fut Pierre Grivolas. De nombreux peintres de renommée internationale comme Derain, Chabaud, Masereel installèrent leur chevalet sur ce site séduisant.



Attirée par un ciel limpide ensolleillé et lumineux, cette génération d'artistes exécuta de nombreux tableaux dans ce paysage particulièrement évocateur. Un immense plateau formant une garrigue aride écrasée de soleil, quelques amandiers rugueux tourmentés pas le mistral contrastaient agréablement avec l'oasis de fraîcheur qui était situé au pied du village. Des platanes plus que centenaires émergeaient de cette frondaison et font encore aujourd'hui le bonheur des promeneurs. C'est une promenade amusante à travers le village : elle évoque les différents endroits choisis par les peintres pour composer leurs oeuvres. Vous les découvrirez in situ dans le village même, reproduites sur des plaques de lave.

 

Jean ANGLADON 1906-1979

Il fut élève du peintre Claude Firmin et du graveur Jules Germain aux Beaux-Arts d'Avignon. Faisant le choix de vivre en Provence, il exposa avec le groupe des Peintres Indépendants d'Avignon de 1930 à 1939, le Groupe des Trente de 1942 à 1944 et le nouveau Groupe des Treize après 1945. En 1968, il hérita de son père Jean Dubrujeaud, neveu du couturier parisien Jacques Doucet; c'est ainsi que parvint à Avignon une partie de la collection du célèbre mécène. Ses oeuvres se trouvent au musée Angladon-Dubrugeaud, ouvert au public depuis 1996, o๠une salle est réservée au couple fondateur.
 

Madou BARRAL 1912 - 2006

Vue du vieux village depuis la falaise

Madou Barral s’installa aux Angles en 1956 ou travaillaient déjà peintres et sculpteurs.
Elle se dit alors  ‘’ peintre céramiste ‘’ et réalise de nombreuses commandes.
En 1986 elle est contrainte d’arrêter définitivement son travail, sa vue s’étant altérée.

 

Marius BREUIL 1850-1932

Ce provençal était un paysagiste autoditacte. Il planta son chevalet avec Pierre Grivolas et Paul Saà¯n, qui lui firent découvrir l'auberge du Chêne Vert et les paysages des Angles, qu'il suggérait plus qu'il ne décrivait.
 

Victor CRUMIERE 1895-1950

Elève de Charles Vionnet et de Jules Flour, il a peint essentiellement des paysages. Il exposa régulièrement à Avignon de 1920 à 1936 (Salon des Artistes Français) et à Nîmes de 1928 à 1946.
 

André DERAIN 1880-1954

De renommée internationale, il a peint plusieurs tableaux des Angles et de sa région lors de ses passages en Provence en 1922 et 1931. Comme le dit Gaston Diehl "Ses paysages dépeuplés ressemblent à s'y méprendre à d'étranges et fascinants décors de théâtre." Nous connaissons de cette époque cette huile représentant le portail de la Brèche, vue du chemin du Valadas, ainsi qu'un paysage des Angles de 1931.
 

Fernand DEVEZE 1895-1962

Disciple de Jules Flour aux Beaux-Arts d'Avignon, il était essentiellement paysagiste, il exposa de 1922 à 1938 au salon des Indépendants à Paris ainsi qu'au salon des Tuileries de 1932 à 1936. Il exposa avec le groupe des Treize et les Indépendants Avignonnais.
 

Herbert KLINGST 1913-1998

Il étudia aux Beaux-Arts de Leipzig et de Dresde. De 1984 à sa mort, il vécut aux Angles; il nous a laissé de nombreux dessins du village et des paysages de la région.
 

Alfred LESBROS 1873-1940

 

Peintre naturaliste comme Grivolas, il passa de l'impressionnisme au pointillisme puis au cubisme.

Après un essai avec des pochoirs, il revint aux méthodes de Grivolas et vint habiter le village des Angles o๠il fixa sur ses toiles de nombreuses vues du village et des environs, ainsi qu'une saisissante petite étude cubiste représentant le lavoir des Angles. Il fonda le Groupe des Treize en 1899.

 

Frans MASEREEL 1889-1972

Ce peintre et dessinateur belge, de l'Académie des Beaux-Arts de Gand, fréquentait les milieux pacifistes. Il s'intéressait beaucoup à la gravure sur bois. Il illustra les livres de Romain Rolland, Emile Zola, Stephan Zweig, Emile Verhaeren et publia des albums de bois gravés.Installé d'abord à Paris, il vint à Avignon en 1941: il avait un atelier dans une salle du Palais des Papes et fit de nombreux croquis dans la région, notamment dans le village des Angles.
 

Louis MONTAGNÉ 1879-1960

Elève de Paul Saà¯n et de Cormon, il fut un peintre de grand talent; il passa la plus grande partie de sa vie entre la capitale et les Angles o๠il demeurait dans l'ancien château de Pontmartin. On lui doit de très nombreuses toiles d'une grande qualité. Une artère de notre commune porte son nom en hommage à sa renommée
 

Zygmunt WALISZEWSKI 1897-1939

Il a peint ce paysage des Angles en 1930, il se trouve au musée national de Varsovie, ainsi que deux natures mortes avec des fruits et des amandes : l'une se trouve au Musée national de Poznan, l'autre dans une collection privée en Grande Bretagne.
 

LE SENTIER DES PLANTES

Le sentier des Plantes vous entraînera dans une végétation méditérranéenne foisonnante.
Découvrez une végétation sauvage...liée à l'homme !
 

L'origine de la végétation

Dès le néolithique, l'homme a modifié la forêt originelle qui couvrait la région : défrichage, cultures, pâturages, exploitation du bois... Il a ouvert les milieux et les a maintenus ainsi durant des siècles. Aux Angles, le pâturage préservait les pelouses de la fermeture par les buissons et les terasses étaient plantées d'oliviers. Lors de l'abandon des terres cultivées au XXè siècle, la végétation, par sa dynamique, a repris ses droits et les milieux ouverts se sont refermés. Sur le sentier des plantes, vous pouvez observer 3 types de formation végétale, disposés en "mosaà¯que", et en constante évolution : des pelouses sèches résiduelles joliment fleuries au printemps, la garrigue haute aux senteurs toutes provençales et le matorral, havre de fraîcheur en été.
 

A vous de repérer ces formations tout au long du sentier

Pour vous aider, des bornes présentent les principales espèces et indiquent dans quelle formation vous vous trouvez. Chaque plante est présentée sous trois noms : français, provençal et scientifique (en latin), ainsi que la famille à laquelle elle appartient (exemple : Lauracées). Vous traverserez d'autres milieux que les trois formations végétales décrites ci-dessus : un bois de micocouliers dont l'origine est incertaine (planté par l'homme ou spontané?) et une zone anthropique abritant une végétation installée par l'homme : restes d'anciennes cultures, telles que les oliveraies, plantes "échappées" de jardins.   
 
 

Une végétation dynamique

Laissée à l'abandon, une zone de pelouse sèche se laisse envahir en quelques dizaines d'années par des buissons, tels que les cistes ou le romarin, formant la garrigue. Celle-ci poursuit rapidement son développement, jusqu'à devenir une garrigue haute. Puis des arbres plus grands apparaissent, tels que les pins d'Alep. En recouvrant la garrigue, ils forment alors le matorral. Un sous-bois s'y maintient, composé notamment de chênes kermès et de laurier-tin.

 
 

Le plan du parcours

Cliquer sur l'image pour l'agrandir

 


Vous souhaitez contacter la Mairie, contactez-nous à l'aide de notre formulaire.